Virus du monkeypox viable trouvé dans presque tous les échantillons environnementaux de la chambre du patient au cours de la première semaine d’infection

Dans une récente étude publiée sur medRxiv* serveur de pré-impression, les chercheurs ont enquêté sur la présence du virus viable du monkeypox (MPXV) dans une chambre occupée par un patient masculin infecté admis au National Center for Infectious Diseases (NCID) de Singapour.

Étude : Virus Monkeypox viable dans l'environnement d'une chambre de patient.  Crédit d'image : Marina Demidiuk/Shutterstock
Étude : Virus Monkeypox viable dans l’environnement d’une chambre de patient. Crédit d’image : Marina Demidiuk/Shutterstock

Arrière plan

Le MPXV continue de se propager dans le monde, avec plus de 16 000 cas de MPXV et cinq décès signalés dans 75 pays de cinq régions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Par la suite, l’OMS a déclaré l’épidémie de MPXV de 2022 une urgence mondiale de santé publique. Des études ont montré que le contact avec des animaux sauvages dans les zones endémiques (tribus sous-africaines dans les zones forestières) et un contact physique étroit avec des personnes infectées augmentent le risque de contracter une infection par le MPXV.

Des études épidémiologiques ont montré que le contact physique direct prolongeait la positivité de la gorge pour le MPXV même après la résolution des lésions cutanées, soulevant des inquiétudes quant à ses transmissions par aérosol. Pourtant, il y a un manque de données sur les modes de transmission du MPXV, en particulier des études systémiques portant sur la transmission interhumaine du MPXV.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont échantillonné longitudinalement l’air, les surfaces, l’eau et la poussière dans une chambre d’isolement pour infections aéroportées (AIIR) occupée par un patient MPXV qui présentait des lésions cutanées et de la fièvre. La pièce était nettoyée quotidiennement avec 10 000 parties par million (ppm) d’eau de Javel et 12 changements de filtre à particules à haute efficacité (HEPA) unidirectionnels par heure. L’équipe a effectué un échantillonnage environnemental les jours 7, 8, 13 et 21 de l’infection. De plus, ils ont effectué un échantillonnage de l’air le 15e jour de l’infection à l’aide de quatre échantillonneurs NIOSH et deux SASS.

Les chercheurs ont utilisé les échantillonneurs SASS et Coriolis pour l’échantillonnage de l’air de l’AIIR les jours 7 et 8 de l’infection MPXV, avec des échantillonneurs réglés à 0,8 et 0,9 mètres sur les côtés gauche et droit du patient, respectivement. Aux jours 13 et 21, les chercheurs ont placé un ensemble supplémentaire d’échantillonneurs d’air SASS et Coriolis à 2,5 mètres du patient. Ils ont placé tous les échantillonneurs d’air sur un chariot à 1,2 mètre du sol. Alors que l’échantillonneur SAAS a fonctionné pendant deux heures à un débit de 300 litres (l)/minute, l’échantillonneur Coriolis a fonctionné à 100 l/minute pendant 1,5 heure. Les échantillonneurs ont collecté des échantillons de matières particulaires (PM) dans les tailles PM1, PM 2,5, PM4 et PM 10 dans le milieu de transport viral (VTM).

Les chercheurs ont prélevé tous les échantillons de surface de l’AIIR, y compris la chambre, les toilettes et l’antichambre, à l’aide d’écouvillons floqués en nylon stériles pré-humidifiés avec du VTM universel. De plus, l’équipe a utilisé des chaussettes stériles pour recueillir des échantillons de poussière sur le linge, la chambre et le sol des toilettes. Ils ont envoyé tous les échantillons de l’étude pour les tester au laboratoire de niveau de biosécurité 3 (BSL-3) de l’Environmental Health Institute de Singapour. Enfin, les chercheurs ont prétraité ces échantillons pour extraire l’acide désoxyribonucléique (ADN) du MPXV. Ils ont soumis l’ADN viral à une réaction en chaîne par polymérase (PCR) quantitative en temps réel pour estimer le nombre de copies virales. Ils ont cultivé des virus pour des échantillons positifs d’ADN de MPXV sélectionnés et observé un effet cytopathique (CPE).

Ecwid by Lightspeed

Incinerator for governmental organizations, non-profit organizations, international contractors, logistics organizations, military, pet cremation business owners, etc. including war zone like Iraq, Afghanistan, Somalia, South Sudan.

Résultats de l’étude

Les chercheurs ont détecté l’ADN du MPXV dans l’écouvillon nasopharyngé et les lésions péri-anales du patient au jour 5 de l’infection lorsqu’il a été admis à l’hôpital. La fréquence de ses lésions cutanées était la plus élevée sur les fesses, suivies du dos et des extrémités (23 contre 15 contre quatre), mais elles ont disparu après huit jours d’infection. Le patient est sorti de l’hôpital au jour 23 de l’infection par le MPXV.

L’équipe a recueilli 179 échantillons environnementaux, dont 56, 100, 16 et sept échantillons d’air, de surface, de poussière et d’eau. La contamination virale dans l’air a persisté pendant 21 jours, avec une charge virale maximale de 1,25 x 104 copies/écouvillon au jour 8 de l’échantillonnage de l’air. Les échantillons de poussière contenaient de l’ADN MPXV jusqu’au jour 21, avec la charge virale la plus élevée au jour 7 dans les échantillons de poussière du sol des toilettes, équivalant à 5,94 x 10sept copies de virus/échantillon. Il a également diminué au niveau de contamination le plus bas au jour 21 de l’infection. L’équipe a noté que les échantillons d’eau prélevés dans les pièges Sink P étaient positifs pour l’ADN du MPXV jusqu’au jour 13.

conclusion

Les chercheurs ont récupéré du MPXV viable dans presque tous les échantillons d’air de la chambre du patient, bien que non cultivable, et une contamination de surface étendue de la chaise du patient, du siège de toilette et de la poussière du linge de lit au cours de la première semaine d’infection, avec un déclin progressif plus tard. Alors que la détection de l’ADN du MPXV au cours des jours d’échantillonnage a montré une excrétion virale continue tout au long de l’évolution de la maladie, la récupération du virus viable à partir de la chaise et du siège des toilettes était en corrélation avec l’emplacement des lésions cutanées. De même, le MPXV viable dans les écouvillons de surface et la poussière a indiqué une possibilité de transmission à base de fomite, en particulier à domicile.

La contamination environnementale a diminué à partir de la deuxième semaine d’infection lorsque le patient a cessé de développer de nouvelles lésions cutanées. Cette constatation a mis en évidence l’importance de la désinfection des surfaces des chaises, des toilettes et des sols et de prendre des précautions lors de la manipulation du linge. Les chercheurs ont trouvé du matériel MPXV uniquement dans des particules de taille > 4 μm, ce qui a annulé la possibilité que le MPXV soit transmis par la respiration ou la parole dans ce cas. Cela pourrait être dû à 12 changements d’air unidirectionnels filtrés HEPA par heure ou à des taux de ventilation élevés. Par conséquent, les études futures devraient examiner des échantillons d’haleine directs dans l’environnement avec des conditions d’air typiques pour une meilleure compréhension de la source respiratoire de la transmission du MPXV.

Néanmoins, la présence de MPXV vivants dans les échantillons de poussière suggère l’excrétion des lésions comme source potentielle de contamination de l’air. Il est probable que la dose d’inoculum et la sensibilité de l’hôte à un mode de transmission particulier affectent la transmission ultérieure de tous les virus. Par conséquent, les études futures devraient évaluer la dynamique de transmission du MPXV, y compris la dose infectieuse nécessaire pour provoquer la maladie.

Des études antérieures ont suggéré que les agents pathogènes capables de transmission par aérosol devraient être associés à un taux de reproduction élevé (R0). Cependant, la coqueluche qui se transmet par gouttelettes a un R beaucoup plus élevé0 que l’agent pathogène responsable de la tuberculose transmis par les aérosols. Compte tenu de cela et des capacités exceptionnelles de MPXV à muter, des études devraient évaluer en profondeur tous les modes de transmission possibles du MPXV, en particulier en milieu hospitalier, pour atténuer sa propagation.

*Avis important

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et, par conséquent, ne doivent pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Source link

Categories:

Recent Posts

Ecwid by Lightspeed